Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À la recherche de New Babylon

C'est bientôt mes vacances et je serai absente pour une grosse semaine, pour cause de croisière dans les Caraïbes. Vous l'aurez compris, je ne posterai aucun article sur À la dernière page pendant ce temps. Du coup, comme petite cadeau pour vous aider à supporter cette longue absence, je vous parle d'un roman absolument génial et bien divertissant.

(par Dominique Scali, aux éditions La Peuplade)

Fabuleux roman western et véritable hommage aux personnages, héros, mais surtout vilains, de tout acabit, qui peuplaient l’Ouest sauvage. Dès que j’ai tourné la dernière page de ce roman, j’en voulais plus. Si seulement je pouvais l’oublier et le relire, le redécouvrir!

Premier roman (publié) de l’auteure, bien maîtrisé, autant sur le plan de l’écriture que du récit. Parlant du récit, mais quel est-il? C’est la vie et les péripéties de personnages connus et peu ou pas connus qui ont participé à façonner l’Ouest.

C’est l’histoire d’un Révérend qui veut aider les pauvres âmes, mais n’est intéressé que par les cas désespérés. C’est l’histoire d’une femme, un peu naïve, mais vertueuse, qui s’est mariée une trentaine de fois. C’est l’histoire d’un comte russe immigré, rêveur et à la langue bien pendue, ou plutôt celle d’un orphelin adopté par une riche famille de l’Est, c’est difficile à dire. C’est également l’histoire d’un bandit pyromane ayant échappé à la pendaison une fois et plus encore. C’est les confidences de l’un d’eux et les aspirations de tous. Ce sont des aventures, des espoirs et des désespoirs, de la violence, mais peu de tendresse. C’est l’histoire de personnes essayant de trouver un peu de douceur tout en menant leur barque dans un monde sauvage, cherchant ce monde sauvage même. C’est un peu l’histoire de personnes à la recherche de cet équilibre, quitte à le bâtir de leurs propres mains.

Un livre doux et tranquille comme le vent chaud, et rude comme le sable qui raconte magnifiquement bien la liberté.

En tant que libraire, je me dois de mentionner un détail qui passerait peut-être inaperçu aux yeux de la plupart des gens, mais à force de manipuler des livres de toutes sortes, c’est quelque chose que l’on finit par remarquer, à apprécier dans ce cas-ci en fait. C’est tout d’abord le format du livre, à mi-chemin entre le grand et le petit format, qui je trouve très appréciable, mais surtout la souplesse du papier (et de la couverture, cela va de pair), que, si l’envie m’en prenait, je pourrais rouler comme un magazine pour pouvoir tenir le livre d’une seule main et le lire ainsi. Bref, il s’agit d’un livre agréable à tenir en main, donc bravo à la maison d’édition pour ce choix éditorial. Sans compter que la couverture et la carte graphique sont superbes.

N’hésitez pas à vous jeter dessus, il y en a peu sur les tablettes, puisqu’il part comme des petits pains, soulevés par toutes les critiques positives parues de-ci, de-là.

Tag(s) : #Roman

Partager cet article

Repost 0