Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soleil

(par David Bouchet, aux éditions La Peuplade)

Pensez à un chaud coucher de soleil dans un ciel sans nuages. Un beau coucher de soleil qui se reflète sur un grand lac et double ainsi sa douce lumière. Eh bien, ce genre de coucher de soleil serait semblable à cet éblouissant roman.

Il s’agit de l’histoire d’une famille de migrants sénégalais venant s’installer à Montréal. Au bout d’un moment, le père de la famille éprouve de la difficulté à gérer le fait qu’il s’intègre difficilement et qu’il a tout quitté pour venir « ne pas réussir » à Montréal. Pour évacuer un peu la pression, le père décide de creuser un trou dans le sous-sol de la maison familiale, ce qui l’emmène éventuellement à être interné.

C’est par la bouche du jeune Souleymane Gueye, rebaptisé Soleil par son amie Charlotte, que nous suivons les péripéties de la famille Gueye. La façon dont Soleil perçoit le monde est très touchante et il raconte son immigration, son adaptation et sa situation familiale avec autant de naïveté que de lucidité, ce qui, personnellement, m’a frappé agréablement tout au long de ma lecture.

Chaque membre de la famille de Soleil vit son arrivée au Québec différemment, et pour Soleil, son intégration passe principalement par Charlotte, sa voisine d’en face. Charlotte a une enfance très difficile et une certaine gravité dans sa façon de percevoir la vie, ce qui interpelle beaucoup Soleil. Il y a également les difficultés auxquelles il doit faire face à l’école, la facilité que son frère Bibi éprouve pour s’intégrer, l’inconscience de sa jeune sœur Lila, et le poids de la famille qui repose sur sa mère.

Plusieurs thèmes sont en trame de fonds, comme la pression de réussir, le mysticisme et l’animisme, l’intégration, le changement, les croyances, l’acceptation. L’auteur en profite pour aborder des sujets difficiles à traiter et qu’on préfère généralement éviter, comme l’immigration et la folie. Il le fait cependant merveilleusement bien, à la fois grâce à sa plume si rafraîchissante, légère et profonde, qu’à sa vision biculturelle. En effet, l’auteur a passé la plus grande partie de sa vie à Dakar et est installé à Montréal depuis 2010, ce qui, à mon humble avis, lui permet de si bien mélanger deux façons d’appréhender le monde qui sont bien éloignées et distinctes et d’en faire quelque chose de doux et de chaud avec lequel on voudrait pouvoir s’enrober.

Ne vous laissez pas effrayer par les sujets traités dans Soleil, car ils vous permettront malgré tout de ressortir de cette lecture avec du baume au cœur.

Partager cet article

Repost 0